Inscription / Connexion

Psychogénéalogie

Vous ne savez pas quelle pratique choisir ? Donnez nous votre problématique, nous vous trouvons votre praticien.

Notre corps fait face à de nombreux troubles psychiques. Cela peut engendrer des conséquences importantes au quotidien. Par sa prise en charge, la psychogénéalogie vient aider à soulager ces maux et troubles pour ainsi prendre soin de soi au quotidien.

Qu’est-ce que la Psychogénéalogie ?

L’épigénétique a prouvé que les troubles vécus par chacun au quotidien étaient liés aux évènements marquants de la vie des ancêtres. Cette thérapie vient analyser la psychologie familiale et ses répercussions sur votre vie, en analysant l’arbre généalogique et notamment le vécu des aïeux sur plusieurs générations.

Avec la psychogénéalogie, vous apaiserez un mal-être (cauchemars, échecs récurrents, émotions incompréhensibles, déprime, conflits relationnels …), un problème de santé (asthme, cancer, infections …) et vous vous libérerez d’un schéma douloureux, en travaillant sur les causes de votre problème, c’est-à-dire sur ce qui est à l’origine profonde de vos difficultés actuelles.

Un praticien en psychogénéalogie est donc un thérapeute spécialisé dans les maux familiaux. Il vient mettre des mots sur les maux en aidant à comprendre l’héritage des aïeux, pour mieux savoir se libérer des maux de ses ancêtres. Il a reçu une formation spécifique auprès d’un centre de formation certifié et adhère à une charte de déontologie (notamment concernant le strict respect du secret professionnel).

Qu’est-ce qu’une séance de Psychogénéalogie en pratique ?

La psychogénéalogie est une thérapie brève, qui peut s’exercer seule ou en groupe, et résoudre votre souffrance en moins de 6 mois.

En individuel, le nombre de séances varie selon le cas du client. Mais en général, il suffit d’une dizaine de séances d’une heure. Les séances sont généralement effectuées tous les quinze jours à 3 semaines. La pratique collective peut compléter le travail individuel et consiste à mettre en scène l’évènement ou la situation traumatisante dans un psychodrame ou lors d’une constellation familiale, pour finaliser le dénouement des chocs familiaux.

Lors de la première séance de psychogénéalogie, le client explique ses problématiques et expose sa demande. Le thérapeute établit une anamnèse qui présentera l’historique et les circonstances de la souffrance vécue par le client et creusera sur les évènements de vie passés. Les séances qui suivent sont des séances d’échange, de discussions conduisant à des prises de conscience, mais c’est avant tout un vrai travail d’investigation, notamment pour le client qui a des recherches (guidées par le psychogénéalogiste) à effectuer en dehors des séances.

Cette méthode utilise les bases de la recherche généalogique. Le but est de découvrir les évènements vécus par les aïeux, qui pourraient avoir une résonnance avec les problèmes rencontrés par le client. Il y a bien sûr la transmission orale directe, les comportements visibles ou des sous-entendus dont le sens peut être deviné intuitivement. Mais quand les évènements ont été oubliés de tous, cette technique donne des résultats surprenants en retraçant le bagage transgénérationnel qui est légué et en comprenant comment cet héritage habite aujourd’hui le présent et à quelles répétitions, parfois stériles et douloureuses, il soumet.

Le praticien va décoder les prénoms, les dates anniversaires, les métiers, les lieux de vie, les objets de transmissions, les non-dits, les secrets de famille, les trop belles légendes, les héritages encombrants … pour identifier les transmissions inconscientes, les scénarios qui se rejouent, les loyautés familiales, la place qui nous a été assignée par le clan à la naissance, les projections parentales au sens large. L’idée est de déjouer les systèmes de croyances et les comportements malsains, en restaurant les liens transgénérationnels avec des techniques spécifiques qui couperont uniquement les liens toxiques avec les ancêtres, en rendant à chacun son histoire, et en dissolvant les nœuds pour que le client se libère de l’emprise de fonctionnements toxiques qui ne lui appartiennent pas.

Quels bénéfices ?

Bien sûr, on peut entreprendre cette démarche dans un simple but de développement personnel pour mieux se connaître, gagner en confiance en soi et mieux gérer ses émotions. Mais cette méthode est particulièrement indiquée en cas de soucis récurrents dans la vie quotidienne, car il y a souvent derrière un deuil non fait, un traumatisme non intégré ou non verbalisé. C’est avant tout une méthode d’investigation extrêmement rapide et efficace, pour explorer son arbre de vie et se retrouver soi en passant par :

  • mettre en lumière ses comportements personnels (personnalité, réactions)
  • faire parler la mémoire des ancêtres
  • comprendre son passé et son héritage familial
  • prendre conscience des mécanismes familiaux qui gouverne la vie à son insu
  • se dégager des transmissions envahissantes pour s’épanouir pleinement dans sa vie
  • briser les liens toxiques et ne pas répéter les erreurs et les souffrances des ancêtres
  • se libérer d’un fardeau
  • faire ses propres choix
  • reprendre sa vie en main
  • retrouver goût à la vie

Pour qui ?

L’analyste en psychogénéalogie accompagne généralement des adultes qui ont un problème dans leur vie au quotidien et qui cherchent à le résoudre de manière douce, rapide et efficace. La psychogénéalogie est accessible à tout le monde, même aux personnes qui n’ont pas ou peu de connaissance sur leur vie passée ou leur famille. Et les séances peuvent être réalisées seules, en couple ou en famille.

D’où vient cette pratique du bien-être ?

Sigmund Freud avait évoqué la possibilité d’un inconscient collectif, pour tenter d’expliquer une transmission familiale. Carl Gustav Yung a ensuite ouvert la voie à l’approche transgénérationnelle avec sa théorie sur l’inconscient collectif, récemment prouvé par l’épigénétique (il y a moins de 10 ans). Mais c’est finalement Anne Ancelin-Schützenberger, psychothérapeute, qui a fait en sorte que cette pratique se développe en France dans les années 1970. Le Dr Salamon Selham a ensuite apporté ses lettres de noblesse à la psychogénéalogie en introduisant les concepts d’enfant de remplacement et de gisant.

En France, la plupart des psychogénéalogistes utilisent la « psychogénéalogie transgénérationnelle » basée sur l’échange (la parole et l’écoute), le génogramme et notamment le « génosociogramme », qui est un schéma avec ses propres codes graphiques et qui associe la généalogie familiale et l’environnement historique, social, environnemental et autres. Par cette représentation graphique, la psychogénéalogie met en évidence l’ensemble de la famille au sens large du terme. Le psychogénéalogiste utilise des outils variés pour aider le client à retracer sa représentation familiale, comme des dessins (art thérapie), des exercices, le dessin, des cartes graphiques, des photos, le photo-langage, des mises en scène avec des figurines … Mais le seul qui soit systématiquement travaillé est le génosociogramme.

Alors pensez psychogénéalogie, quand vous rencontrez un problème dans votre vie. Vous verrez que c’est une technique étonnante 😊