Inscription / Connexion

Ostéopathie

Vous ne savez pas quelle pratique choisir ? Donnez nous votre problématique, nous vous trouvons votre praticien.

Notre corps fait face à de nombreux troubles fonctionnels. Ces blocages peuvent être dus à une entorse, un choc plus ou moins récent, la sédentarité ou au contraire un exercice physique intense, mais aussi à cause des circonstances de l’accouchement. Par sa prise en charge, l’ostéopathie vient aider votre corps à s’auto-équilibrer et ainsi permettre un gain de mobilité et une diminution de la douleur.

Découvrir les autres pratiques bien-être

Les ostéopathes de Copleni

Qu’est-ce que l’Ostéopathie ? Quels bénéfices ?

Reconnue comme une médecine complémentaire, l‘ostéopathie est une pratique exclusivement manuelle et externe qui vise à prévenir ou à remédier à des troubles fonctionnels du corps.

Connu comme le “thérapeute du mal de dos”, l’ostéopathe peut traiter bien plus que les douleurs musculo-squelettiques. Il prend également en charge les troubles du système cardiovasculaire, digestif, génito-urinaire, neurologique ou encore oto-rhino-laryngologique et pulmonaire, mais aussi les femmes enceintes et en post-partum, les bébés (coliques, plagiocéphalies), ou encore les sportifs (accompagnement lors préparation compétition, blessures,…). 

Ses champs d’action sont très larges, ce qui fait de la pratique une option véritablement intéressante que ce soit pour les douleurs aiguës ou chroniques :

  • Diminution de la douleur
  • Gain de mobilité
  • Prévention douleurs et blessures
  • Bien-être général
  • Conseils sur votre quotidien

Les manipulations de l’ostéopathe ont donc pour objectif de rétablir la mobilité et la qualité de tous les types de tissus (os, articulations, muscles, viscères…) afin de retrouver un fonctionnement optimal.

Qu’est-ce qu’une séance d’Ostéopathie en pratique ?

Une séance d’ostéopathie dure en moyenne 45 minutes. 

L’ostéopathe commence toujours par un entretien et un examen de l’ensemble du corps par des palpations pour cibler le(s) trouble(s). 

Par la suite débute alors la phase de tests. Si vous perdez légèrement l’équilibre, que vous avez des difficultés à enlever votre pull… votre ostéopathe notera mentalement des zones à vérifier, des éventuelles pertes de mobilité. De nombreuses parties du corps sont passées en revue pour déterminer l’axe de traitement à suivre. 

L’ostéopathe procède ensuite à des manipulations (fonctionnelles, viscérales, structurelles et crâniennes) avec ses mains, mais aussi parfois avec le reste de son corps pour rétablir la mobilité, soulager la douleur ou débloquer une zone définie.

Au cours de cette étape, le patient est allongé sur une table soit sur le ventre, soit sur le dos ou encore assis. Il peut également être amené à se lever. Généralement, l’ostéopathe explique son cheminement à haute voix. S’il ne le fait pas, vous pouvez le questionner sur sa démarche tout au long du traitement.

Pour finir, il réévalue le trouble et donne des conseils personnalisés à son patient.

Pour qui ?

L’ostéopathie s’adresse à tout le monde, aussi bien aux adultes qu’aux enfants. En effet, l’ostéopathe adapte sa technique pour chaque patient en fonction de son âge, de sa morphologie et de la zone du corps douloureuse chez son patient.

Par conséquent il peut s’occuper du nourrisson, de l’enfant, l’adolescent, l’adulte et la personne âgée.

D’où vient cette pratique du bien-être ?

L’ostéopathie est apparue en France dans les années 1960 grâce à des praticiens qui s’étaient formés au Royaume-Uni et aux USA.

Au début des années 80, l’enseignement de l’ostéopathie commence à se standardiser. De nombreux syndicats se constituent pour défendre les intérêts des ostéopathes.

L’année 1988 fut le début des années noires pour les ostéopathes non médecins, ils sont attaqués et condamnés. Des procès pour exercice illégal de la médecine reprennent de plus belle avec en plus de ça, une aggravation des peines prononcées.

C’est en 2002 que l’ostéopathie est reconnue en France lors de l’adoption de la loi relative aux droits des malades et la qualité du système de santé par le Parlement, le 4 mars.

Ainsi, l’usage professionnel du titre d’ostéopathe est dorénavant réservé aux personnes titulaires d’un diplôme ayant une formation délivrée par un établissement de formation, agréé par le ministre chargé de la santé.